Héros de Goussainville
Morts pour la France
Témoignages
Services

PELTIER Robert


       
PELTIER Robert Émile
Paris X 9 octobre 1921 - Mont Valérien 9 mars 1942        
Mémoire des Hommes SGA
Mémorial Genweb MGW
Lettre R Peltier à ses parents Lien
Wikipédia Assemblée Nationale Procès
resistance-ftpf.net Page
Manoeuvre à Goussainville. 
Membre des Jeunesses communistes de Goussainville, Intégré dans les Bataillons de la Jeunesse de Paris (groupe Brustlein- Zalkinow). 
Arrêté le 1er novembre 1941 pour ses activités de franc-tireur. ( Résistance FTP . net ) 
Incarcéré à la Santé. 
Fusillé au Mont-Valérien le 9 mars 1942. 
 
Il résidait rue Danton. 
 
Les Bataillons de la Jeunesse (BJ) 
Parler de l'OS sans parler des BJ, c'est comme parler de la France sans parler de sa jeunesse ! 
 
L'union des jeunesses communistes de France formèrent leurs groupes spéciaux dès septembre 1940. Plus tard, en juillet 1941, la direction des Jeunesses communistes (JC) crée les Bataillons de la Jeunesse, organisation armée des jeunes communistes. Beaucoup des JC sont entrés dans les BJ et la plupart sont morts. 
 
Les BJ faisaient régulièrement des actions avec l'OS, ils sont associés. 
Ces 7 jeunes communistes BJ/OS (un avait 17 ans, c'était Pierre Milan) sont exécutés le 9 mars 1942. Ils ont fait 17 actions armées. 
 
Le journal collaborationniste L’Œuvre du 3 mars 1942, dénombrera 230 attentats et sabotages du 1er juillet 1941 au 18 février 1942 dans la seule région parisienne. 
 
Chiffre sans doute éxagéré, mais le chiffre est quand même grand. 
 
Du 7 au 14 avril 1942, 27 combattants appartenant aux BJ et à l'OS (il y avait plus de personnes appartenant aux BJ) comparaissent devant une cour martiale réunie à la Maison de la Chimie. 25 sont condamnés à mort, un à cinq années de réclusion et le plus jeune (15 ans) à dix ans de réclusion. Il y avait un 28°, Conrado Miret-Must, le dirigeant de la MOI, il est mort sous la torture des policiers avant l'ouverture du procés. 
 
Voici leurs actions (en gras les actions « des 28 »), en standard les actions « des 7 », ils étaient 35 et ont commis plus de 50 attentats/sabotages en 171 jours (soit environ 1 action armée tous les 3,4 jours) : 
 
11 août 1941 : A Orry-la-Ville (Oise), sabotage de la voie ferrée par explosion (Bloncourt, Rizo). 
12 août 1941 : A Orry-la-Ville (Oise), vol d’outils destinés à perpétrer différents sabotages dans une baraque de l’entreprise DEHE (Bloncourt, Hanlet, Peltier, Rizo). 
14 août 1941 : Attentat, avec le groupe du XIe arrondissement, contre l’usine des Isolants de Vitry (163 boulevard Amouroux à Vitry-sur-Seine), qui fabrique du matériel destiné aux sous-marins et aux avions allemands. 
Dans la nuit du 14 au 15 août 1941 : A Choisy-le-Roi (Seine), incendie d’un dépôt d’essence (Bourdarias, D’Andurain, Hanlet, Le Berre, Milan). 
15 août 1941 : A Argenteuil (Seine-et-Oise), des éclisses sont dévissées, des tire-fond de traverses sur la voie ferrée sont enlevés (Brustlein, Peltier). 
Dans la nuit du 16 au 17 août 1941 : A Ivry-sur-Seine (Seine), incendie de l’usine de lampes (D’Andurain). 
20 août 1941 : Entre les gares de La Chapelle-en-Serval et Orry-la-Ville (Oise) les éclisses sont déboulonnées et des rails disjoints (un train de troupes allemandes déraille) (Bloncourt, Rizo). 
21 août 1941 : A la station de métro Barbès-Rochechouart, des coups de feu sont tirés par Pierre Georges (colonel Fabien) sur un officier de la marine allemande (Alfons Moser) qui décède. Brustlein assure la protection, Gueusquin et Zalkinov participent à l'opération. 
21 août 1941 : A Paris, station Bastille, des coups de feu sont tirés sur des soldats allemands, lesquels ne sont pas atteints (Hanlet, Semahya, Zalkinov, Bloncourt). 
23 août 1941 : A Goussainville, tentative d’assaut contre un poste radiogoniométrique de la Luftwaffe (Brustlein, Hanlet, D’Andurain, Zalkinov, Milan, Rizo, Bloncourt, Semahya, Peltier). 
28 août 1941 : Attaque de camions allemands au moyen de cocktails Molotov, rue de la Plaine (XXe). 
3 septembre 1941 : A Paris, à proximité de la gare de l’Est, 5 boulevard de Strasbourg, un sous-officier allemand est gravement blessé par balle dans le hall de l’hôtel Terminus (Semahya, Brustlein, Zalkinov, Bloncourt, Milan, Hanlet, Rizo). 
6 septembre 41 : Attentat contre un militaire allemand rue La Fontaine (XVIe). 
10 septembre 1941 : Attentat, à la station de métro Porte Dauphine, contre l’officier Denecke, lequel est grièvement blessé. 
19 septembre 1941 : A Paris, près de la porte Maillot (21, boulevard Pershing), deux groupes participent à l’opération, l’un dirigé par Le Berre, l’autre par Miret-Must ; ils font sortir les ouvriers français qui travaillent dans un grand garage allemand où sont rassemblés les véhicules de l’état-major nazi et, après avoir coupé les fils téléphoniques et neutralisé le gardien, ils lancent leurs bouteilles incendiaires (Le Berre, Miret-Must, Brustlein, Zalkinov, Gueusquin, Semahya, Feferman, Bourdarias, Milan, Hanlet, Dumont). 
Septembre 1941 : A Choisy-le-Roi, tentative de déraillement sur la voie ferrée (le groupe). 
Septembre 1941 : A Rosny-sous-Bois, tentative de déraillement (le groupe). 
25 septembre 1941 : A Dampmart, près de Lagny (Seine-et-Marne), tentative de dynamitage de la voie ferrée Strasbourg-Paris (Brustlein, Hanlet, Zalkinov, Milan). 
30 septembre 1941 : A Paris, une bouteille incendiaire est découverte sous le capot d’une voiture allemande (Brustlein, Zalkinov, Hanlet, Milan). 
1 octobre 1941 : A Dampmart, près de Lagny (Seine-et-Marne), découverte d’un paquet d’explosifs entre les rails de la voie ferrée (Milan, Hanlet, Zalkinov, Peltier, Semahya, Rizo, Bloncourt, Brustlein). 
6 octobre 1941 : A Jouy-le-Châtel (Seine-et-Marne), un incendie détruit 750 tonnes de fourrage réquisitionnées par l’armée allemande (Zalkinov). 
10 octobre 1941 : Destruction de câbles du poste de la Wehrmacht n° 906-A, rue de Varize (XVIe). 
13 octobre 1941 : Incendie du garage Normandie rue de Rémusat (XVIe).  
13 octobre 1941 : A Saint-Maximin (près de Creil-Montataire, dans l’Oise), vol d’explosifs à l’entreprise Vandewalle : 25 kilos de tolite et 25 kilos de gomme A (Zalkinov). 
Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1941 : A Montreuil (Seine), des soldats allemands sont attaqués dans un garage situé 78, rue de Lagny (Hanlet, Zalkinov). 
20 octobre 1941 : Déraillement du train Paris-Nantes. 
Octobre 1941 : A Paris, au métro Cambronne, vol d’outils (Brustlein, Zalkinov). 
Octobre 1941 : A Paris, villa Désiré (XXe arrondissement), explosion d’un camion allemand (le groupe). 
21 novembre 1941 : Attentat contre la librairie allemande Rive Gauche du boulevard Saint-Michel (à l’angle de la place de la Sorbonne). La librairie sera dévastée : vitres brisées, matériel et stocks de livres de propagande détruits. 
22 novembre 1941 : Attentat contre un hôtel de la Wehrmacht (Hôtel Océan) situé 100 avenue du Maine (XIVe) avec des grenades récupérées dans les stocks de l’armée. 
26 novembre 1941 : Attentat à la bombe contre la librairie militaire allemande située à l’angle de la rue de Rivoli et de la rue Cambon (Ier). 
 
2 décembre 1941 : Attentat à la bombe contre le local du RNP (Rassemblement national populaire) boulevard Blanqui (XIIIe). Cinq cartouches de dynamite font littéralement sauter ce repaire de la collaboration. 
3 ou 5 décembre 41 : Attentat rue de Seine (VIe) contre le major Friese, de la Luftwaffe. 
6 décembre 1941 : Attentat boulevard Pereire (XVIIe) contre le lieutenant Rahl, lequel est grièvement blessé. 
14 décembre 1941 : Opération contre l’Hôtel Impérator, 71 rue Beaubourg, qui servait de cantine à l’unité L 37294. 
15 décembre 1941 : Attentat à la bombe contre un poste de la Feldgendarmerie situé à l’Hôtel Universel, rue de la Victoire (IXe). 
17 décembre 1941 : Incendie d’un camion de la Wehrmacht rue Mayran (IXe). 
18 décembre 1941 : Même opération rue Lamartine, à l’angle de la rue Buffault (IXe). Plusieurs camions sont détruits. Des soldats allemands tirent. Coquillet et Touati parviennent à s’échapper, mais Bertone se fait arrêter.  
Fin décembre 1941 : Sectionnement d’un câble de transmission de l’armée allemande dans le bois de Meudon. 
3 janvier 1942 : Attaque au pistolet et à la grenade contre une permanence du RNP de Marcel Déat située 11 bis rue de la Procession (XVe). Bilan : les locaux sont détruits et un membre du RNP est blessé.  
10 janvier 1942 : Attentat contre les locaux du Rassemblement national populaire (RNP) de la rue du Faubourg-Saint-Martin (Xe). 
12 janvier 1942 : Sectionnement, près d’Aulnay-sous-Bois, du câble de l’aéroport du Bourget. 
20 janvier 1942 : 15 boulevard de Vaugirard (métro Bienvenüe), attentat contre un soldat allemand de la poste militaire nommé Pepling, lequel est sérieusement blessé.  
28 janvier 1942 : Attaque contre la cantine de la Wehrmacht à l’angle de la rue du Châteaudun et de la rue Montmartre (Xe). Dans ce restaurant réquisitionné par les troupes de campagne des unités n° 913-921-930-933 se trouvaient alors dix soldats nazis : plusieurs sont tués, d’autres blessés. 
1 février 1942 : Attaque contre des véhicules de l’armée allemande, place de la Concorde. Des explosifs sont placés sous les camions qui seront pulvérisés. 
5 février 1942 : Attentat contre une “maison close” de l’armée allemande, 106 avenue de Suffren (XVe), sous la direction de Pierre Georges (futur colonel Fabien). Les dégâts sont considérables. 
11 et 12 février 1942 : Attentat à l’explosif gare de l’Est, contre des trains de permissionnaires en partance pour l’Allemagne : nombreux tués et blessés et panique parmi les nazis.  
21 février 1942 : Tentative d’attentat manqué contre le Lido, avenue des Champs-Elysées.  
22 février 1942 : Destruction à la dynamite de plusieurs camions de la Wehrmacht avenue Rachel (XVIIIe), près du cinéma Gaumont. 
1 mars 1942 : Attentat contre le poste de garde n° 328 d’un bataillon de la Wehrmacht situé au 41 rue de Tanger (XIXe). 
Extrait du livre d'Albert Ouzoulias : Les Bataillons de la Jeunesse, Editions sociales
 
Vol d’explosifs dans un dépôt situé à St Maximin (Creil) en date du 13/10/41 
Nous avons retrouvé la trace des auteurs de ces sabotages. Ce sont 4 membres du réseau Brustlein : 
Christian RIZO, né le 30 mai 1922, 
Tony BLONCOURT, né le 26 février 1921, 
Roger HANLET, né le 4 décembre 1922, 
Robert PELTIER, né 9 octobre 1921. 
Ils seront fusillés tous les quatre le 9 mars 1942 au Mont Valérien.          Résistance région Fosses-Marly
 

Plaque en mémoire du 1er groupe FTPF de Paris - Assemblée Nationale
 
 
Il repose au Carré des corps restitués aux familles, Cimetière de Vitry sur Seine ( MGW
 
Son nom figure sur le Monument aux Morts du Vieux Pays.