Héros de Goussainville
Morts pour la France
Témoignages
Services

MATHÉRON Hilarion

 
MATHÉRON Hilarion Fernand
Paris (12e) 28 Février 1892 - Villepinte 24 Mars 1958
Incorporé (au 19e Bataillon ce Chasseurs à pied) à compter du 9 Octobre 1913. 
Arrivé au corps et soldat de 2e classe le 9 Octobre 1913. 
Classé dans le service auxiliaire et maintenu à son corps par décision du Général Commandant la subdivision de Verdun du 26 Juin 1914 sur proposition de la commission spéciale de Verdun du 17 Juin 1914 pour douleurs consécutives à une opération d'appendicite. 
Classé service armé par décision de la Commission de réforme de Guéret en date du 18 Septembre 1915. 
Passé au 162e Régiment d'Infanterie le 1er Décembre 1915. 
Classé Service auxiliaire par Décision du Général Commandant les Dépôts de la 70e Brigade d'Infanterie en date du 23 Mars 1916 sur avis de la Commission de Réforme de Bordeaux du 21 Mars 1916 pour 'Débilité mentale - crises nerveuses'. 
Détaché le 11 Septembre 1916 à la Maison Magnin 82 Quai de la Marne. 
Passé le 22 Février 1917 à l'usine Niclausse 27 rue des Ardennes Paris. 
Passé au 1er Régiment de Zouaves le 1er Juillet 1917 (Circulaire Ministérielle du 25 Mai 1917. 
Réformé temporairement n° 2 par la 4e Commission de Réforme de la Seine du 21 Mai 1918 pour : Débilité mentale avec hystérie convulsive. (Avis collectif n° 1662 du 8 Juin 1918). 
Réformé Temporairement n° 2 ... Juin 1919 par la 4e Commission de Réforme de la Seine pour : Débilité mentale, hystérie convulsive. 
Réformé définitivement proposé pour une pension définitive Invalidité 35% par la 5e Commission de Réforme de la Seine du 1er Juillet 1920 pour : Présence de quelques petits éclats dans les masses musculaires de l'épaule droite dont plusieurs points sont sensibles sous la peau. Blessé le 5 Mai 1915 à St Hubert. Surdité légère droite. 
Réfomé n° 1 proposé pour une pension permanente invalidité 10% par la 2e Commission de la Seine du 4 Juin 1920 pour : multiples petits éclats métalliques disséminés dans l'épaule à la partie supérieurs du thorax. 
Réformé définitivement pension temporaire 35% par la 1ère Commission de Réforme de la Seine du 4 Avril 1922 (Diagnostic voir dossier). 
Réformé définitif N° 1 pension perùanente 15% (art. 7) Décision de la 1ère Commission de réforme de la Seine du 20 février 1924 pour: Hypoacousie O.D. otorrhie chronique. Laryngite chronique à type emphysémateux non imputable. PM cicatrice de l'épaule droite sans gêne fonvtionnelle auscultation normale. Admis à une pension de 360 francs par arrêté du 21 Juin 1926 avec Jouissance du 1er Juillet 1924 (avis du 22-7-26). 
Déjà réformé définitif n° 1, pension permanente 20% par la 4e Commission de réforme de la Seine du 24-7-29 pour hypoacousie droite 2° cicatrices de l'épaule droite. 
Réformé définitivement N° 1 proposé pour une pension définitive acquise de 15% par la 4e Commission de réforme de la Seine du 22-4-36 pour: 
1°) Deux cicatrices de l'épaule droite sans gêne fonctionnelle appréciable 
2°) Sclérose emphysème et kégère réaction bronchique des bases 
3°) Hypoacousie 
 
Blessures, Citations, Décorations 
Proposé Médaille Militaire en 1920 par le 24e R.I.
Archives Départementales de la Seine - Registres Matricules - Paris Cl 1912 N° 697
 
Remerciements : Mr MATHERON Jean